2e Rencontres du Moyen Métrage de Brive
 
 
 

(c) D.R.

LE REGARD DE CHRIS MARKER

Lorsque nous nous demandions à quel réalisateur nous rendrions hommage cette année, le nom de Chris Marker nous est très naturellement apparu, parce nous le considérons comme l’un des plus grands cinéastes contemporains. Et lorsqu’on se penche plus intimement sur son oeuvre, on découvre qu’elle est peuplée de films de durée inhabituelle, donc de moyens métrages.

S’il est le premier cinéaste du « réel » à qui nous avons souhaité rendre hommage, c’est parce qu’il incarne selon nous, la richesse et la multiplicité que peut revêtir le langage documentaire. À la frontière entre le carnet de bord, l’album de photographies, l’oeuvre littéraire ou le document historique, son travail reste insaisissable parce qu’il défie toutes les lois de l’écriture cinématographique.

Nous admirons Chris Marker sans doute aussi parce qu’il poursuit une quête qui touche à l’essence de ce qu’est le cinéma : oser aller au plus intime, au plus informulé d’un récit pour accéder à son universalité, enregistrer les soubresauts de la grande Histoire au regard de celles des personnes que l’on rencontre. En associant la légèreté de son corps, toujours en déplacement dans le monde, à la férocité et l’acuité de son regard, il est devenu l’un des plus grands témoins de notre siècle.

Cette programmation, composée avec sa collaboration, sera constituée d’une dizaine de films de manière à rendre compte de la diversité de son écriture et de ses témoignages. Nous traverserons son oeuvre depuis le milieu des années 60, avec des films comme Le Mystère Koumiko, A bientôt j’espère, jusqu’à nos jours, avec notamment Chats perchés, Le Souvenir d’un avenir.


   
A bientôt j’espère
Documentaire / 1967 / 43 minutes

Synopsis : En mars 1967, à Besançon, une grève éclate aux établissements Rhodiaceta. Les revendications mises en avant ne concernent plus seulement les salaires ou la sécurité de l’emploi, mais le mode de vie que la société impose à la classe ouvrière.
   
Chats perchés
Documentaire / 2004 / 58 minutes

Synopsis : Chris Marker est intrigué par la présence de chats jaunes tagués sur les murs de Paris. Tout en partant à leur recherche, le cinéaste filme les évènements politiques et internationaux des années 2000.
   
Classe de lutte
Documentaire / 1969 / 37 minutes

Synopsis : Dans une usine d’horlogerie, Suzanne, jeune ouvrière, crée une section syndicale. Elle réussit à mobiliser les autres femmes de l’entreprise, malgré la méfiance des dirigeants syndicaux et les intimidations du patronat.
   
La Jetée
Fiction / 1962 / 30 minutes

Synopsis : Après une catastrophe nucléaire qui a anéanti toute présence vivante à la surface du globe, un homme obsédé par le visage d’une femme entrevue juste avant la déflagration, est choisi par des scientifiques pour tenter de remonter le temps à travers ses souvenirs.
   
Mémoires pour Simone
Documentaire / 1986 / 61 minutes

Synopsis : Un portrait de Simone Signoret, la comédienne, la femme, la militante incapable selon ses propres mots de « prêter sa tête, ses yeux, sa voix à une entreprise allant à l’encontre de ses convictions profondes ».
   
Puisqu’on vous dit que c’est possible
Réalisé par le collectif Groupe Medvedkine
Documentaire / 1973 / 55 minutes

Synopsis : En 1973, après l’échec des négociations salariales avec la direction des usines des montres Lip, les ouvriers se mettent en grève. Ils séquestrent la direction et en appellent au gouvernement. Au bout de quelques jours ils décident de s’approprier l’entreprise et reprennent le travail en autogestion.
   
La Solitude du chanteur de fond
Documentaire / 1974 / 60 minutes

Synopsis : En 1974 Yves Montand prépare un concert à l’Olympia, Chris Marker le filme lorsqu’il répète son spectacle, chez lui avec son pianiste. Yves Montand évoque son engagement politique, ses doutes, ses certitudes en paroles et en chansons.
   

© Denise Bellon
Le Souvenir dun avenir
En co-réalisation avec Yannick Bellon
Documentaire / 2001 / 42 minutes

Synopsis : A travers l’œuvre de la photographe Denise Bellon, Chris Marker parcourt l’histoire de la première guerre mondiale jusqu’à la seconde.
   
Les statues meurent aussi
En co-réalisation avec Alain Resnais
Documentaire / 1953 / 30 minutes

Synopsis : À travers l'art africain et plus spécialement les statues et les masques, Alain Resnais et Chris Marker filment une virulente diatribe contre les insoupçonnables méfaits du colonialisme des créations authentiques, liées à la spécificité de la culture panthéiste et magique de ces régions pour la remplacer, petit à petit, par une activité artistique commerciale mercantile et de série...


2e Rencontres du Moyen Métrage de Brive